AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


L'histoire de Bon Temps reste à écrire ...

Partagez | 
 

 Les affaires sont les affaires.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: Les affaires sont les affaires. Dim 8 Juil - 15:08

L’heure du rendez-vous approchait. L’occasion pour Tinùviel de faire ses preuves en tant que sorcière confirmée. Mais, une question demeurait en suspens dans son esprit ; pourquoi un vampire aurait-il décidé subitement de se payer les services d’une quelconque nécromancienne en toutes connaissances de cause ? Était-il stupide, ou bien encore suicidaire ? Peut-être un peu des deux, au fond.. Mais, qu’importe. Un arrangement était un arrangement et la demoiselle était bien décidée à ne pas laisser passer cette chance. Il était vrai, elle n’avait pas saisi exactement tout ce que ce vampire lui avait demandé au téléphone.. Mais elle savait qu’elle était capable d’accomplir beaucoup de choses. Et, pour une fois, aucune arrière-pensée ne lui traversait l’esprit alors qu’elle se préparait tranquillement à sortir retrouver son « client ». Pour ce soir, elle voulait bien laisser de côté son envie de parfaire son art sur un mort-vivant. Ce n’était que partie remise. Son but premier n’était pas d’exterminer les vampires, bien loin de là. A vrai dire, elle n’avait presque rien contre eux, bien consciente que tous n’étaient pas comme Arietta. Elle souhaitait juste s’amuser un peu et savoir se protéger convenablement. Le reste lui importait peu. Il n’était pas là question d’une quelconque vengeance.. Après tout, celle qui avait détruit sa vie avait depuis longtemps subit la mort ultime. D’elle, il ne restait rien. Arietta s’était condamnée d’elle-même, bien des années plus tôt, en tuant sa progéniture.. Avec des gestes lents, la nécromancienne se leva pour aller dans sa salle de bain, prenant une courte douche avant de s’habiller d’une façon peu commune. La robe qu’elle décida de porter était pour le moins courte, il fallait l’avouer. Disons qu’il était préférable pour Tinùviel de ne pas se pencher trop brusquement.. Quant au corset formant le haut de la robe, on se demandait bien comment l’humaine parvenait à respirer tant il était serré. Elle mit des bottes dont les talons plateformes lui firent gagner 15 centimètres, puis prit les clefs de sa voiture pour finalement sortir.

L’heure du rendez-vous était fixée à 22h, dans un bar de la ville. Un lieu public, histoire d’éviter les mauvaises surprises. Après tout, ce soir, ils devaient seulement mettre en place les conditions de leur future collaboration et faire connaissance. Rien de plus. Tout pouvait tranquillement se faire autour d’un verre, dans un bar fréquenté où le vampire en question ne serait pas tenté de se servir de la violoniste comme d’un casse-croûte. Elle avait un peu de temps devant elle avant de se rendre au Whiskey Blue Bar et elle mit ce temps à profit pour faire un petit tour en voiture. La radio passait un petit morceau de rock, et elle aimait la sensation de liberté qu’elle avait lorsqu’elle conduisait.. Alors, autant en profiter, n’est-ce pas ? Elle roula ainsi, sans réel but, pendant plus d’une demi-heure, flânant ça et là, avant de se décider enfin à prendre la direction du bar. Le lieu de rendez-vous avait été parfaitement bien choisi. C’était un bar chaleureux, où quelques petits artistes locaux se produisaient tranquillement. L’ambiance y était légère et ce lieu n’était pas réputé pour être belliqueux, bien au contraire. Un peu de douceur, dans ce monde de brutes.. Elle se gara tranquillement sur le parking, défroissant sa jupe en sortant de sa voiture et se dirigea tranquillement vers l’entrée du bar. D’un pas déterminé, elle se rendit au comptoir, souriant chaleureusement au barman avant de lui passer commande.

« Ce sera une vodka, accompagnée seulement d’une petite lamelle de citron. »

Son petit péché mignon, elle devait bien l’avouer. Le barman hocha la tête avant de se lancer dans la préparation de la commande et de tendre son verre à Tinùviel, qui le remercia simplement d’un signe de tête avant de s’amuser à écraser le citron au fond de son verre. Du regard, la jeune femme balaya la salle, ignorant complètement à quoi pouvait bien ressembler son interlocuteur. Au téléphone, elle l’avait imaginé grand et fort, certainement blond avec d’expressifs yeux verts. Mais, en réalité, elle ne l’avait jamais vu et ne savait pas vraiment à quoi s’attendre. Les vampires pouvaient-ils être repoussants ? Elle se mit à sourire en imaginant un petit boutonneux, trop gras pour parvenir à charmer ses victimes et pour qui le TruBlood fut une véritable bénédiction.. Même si cette idée était absurde, elle l’amusait et lui faisait passer le temps. Mais elle comprit bien vite qu’elle avait été loin de la vérité en voyant un homme entrer dans le bar. Il tenait plus de la première image que s’était fait Tinùviel que de la seconde, il fallait l’avouer.

Tin ne bougea néanmoins pas. Elle n’était pas certaine qu’il s’agisse là de la personne qui avait réclamé ses services et ne voulait pas passer pour une idiote. Et puis, il était davantage en mesure de la reconnaitre. Après tout, s’il avait réussi à la trouver et à la contacter, il devait bien savoir de quoi elle avait l’air. Elle resta ainsi au comptoir, à siroter sa vodka citron tout en jetant des petits regards discrets en direction de l’homme qui venait d’entrer. Ce ne fut que lorsque l’inconnu regarda fixement dans sa direction que la nécromancienne décida finalement de prendre les devants. Après tout, même s’il ne s’agissait pas là de la bonne personne, cela n’avait pas d’importance.. Laissant son verre sur le comptoir, l’humaine se dirigea vers l’homme avant de se planter devant lui et de lui tendre la main.

« Tinùviel Meister, enchantée. Êtes-vous Monsieur Livingston ? »

Avait-elle dit, d'une voix neutre, presque froide. Elle n'attendait pas ce soir une quelconque amitié ou aventure, loin de là. Ainsi ne voulait-elle pas paraître ce qu'elle n'était pas et donner de suite le ton de la soirée. Ce n'était que professionnel, purement et simplement professionnel et l'humaine le faisait clairement comprendre. Elle n'était pas amicale, loin de là et elle ne cherchait pas davantage à le faire croire.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Les affaires sont les affaires. Mer 11 Juil - 14:30

Depuis combien de temps arpente tu cette chambre d’hôtel ? Combien de temps te faudra t’il encore pour cesser de tourner en rond ainsi ? Tu ne réfléchis pas. Tu ne penses même pas. Oui, Julian, tu ne fais que t’occuper, juste un peu, un tout petit peu, en attendant que le temps passe. Pourtant, tu devrais dormir à cette heure du jour, tu ne devrais pas te prendre pour un quelconque être diurne… Après tout, même du tout où tu étais un être bel et bien vivant, tu n’étais pas de ceux qui vivaient le jour pour mourir un peu la nuit. Non. Tu attendais déjà la nuit avec un sourire aimant, et un éclat de folie. Alors pourquoi ? Pourquoi maintenant serais tu obligé de supporter ces étranges insomnies qui t’affaiblissent ? Tu te vide de toute ton énergie mais tu es incapable de te coucher dans ce lit qui ne t’appartient pas. Non, tu préfères encore slalomer entre les rayons de lumières qui s’échappent des légers interstices des volets de ta chambre. Pourquoi ne pas choisir un hôtel fait pour les vampires ? Pourquoi toujours te terrer dans ces petits hôtels minables ? N’es-tu pas riche Julian ? Ou est tu tout simplement complètement fou ? A quoi bon te poser ce genre de question, tu ne daigne me répondre que par un de tes éternels sourire, mais je te connais. Je te connais comme si je t’avais fabriqué, mais tout cela m’échappe, et j’ose penser que tu ignores toi-même tes motivations. Tu sombre juste petit à petit dans la folie de tes propres jeux, tombant lentement dans l’engrenage d’une tragédie sans nom.
Je te regarde faire, je suis triste pour toi, mais comment pourrais je t’empêcher d’agir comme bon te semble ? Je ne suis rien si ce n’est une partie de toi que tu as enfermé au plus profond de ton âme. Je ne fais que murmurer en âme et conscience mes craintes à ton sujet. Et j’ai peur. Je suis terrifié par cette nouvelle idée que tu t’es mise en tête. Fricoter avec la magie n’a jamais eu des conséquences positives chez les vampires, et t’approcher de trop près d’une nécromancienne n’a rien d’une bonne idée. Tu risques ta peau. Tu risques ma vie. Et je me dois de te rappeler, qu’après celle-ci, tu n’auras plus d’autres chances. Les choses seront dès lors irrémédiables. Qu’importes-tu ne m’écoute pas. Tu ne m’as jamais écouté. Et déjà, les rayons du soleil déclinent alors que tu peux entendre, dans le lointain, se mettre à résonner les cloches d’une église. Tu les comptes silencieusement. Un. Deux. Trois. Puis huit. Il est vingt heures, et tu commences enfin à t’affairer. Tu as jeté au diable ta fatigue pour te jeter dans les filets d’une sorcière. Je t’en supplie mon ami, fais attention à toi… Je sais pertinemment que ta quête de danger et d’amusements te perdra, mais pas tout de suite, tu n’es encore qu’à l’aube de ta seconde vie.

Bientôt les rayons du soleil chargés de poussières et qui traversent insidieusement la pièce déclineront pour céder leur place à la lumière pale des lampadaires qui bordent la rue. En attendant les minutes qu’ils restent au soleil avant de se coucher pour la nuit, tu essuies le sang qui perle sur ta lèvre supérieur et te décide admirer le travail de cette journée sans sommeil. Ton état est des plus piteux. Plus pâle qu’à ton habitude, on discernerait presque de larges cernes sous des yeux toujours vifs. Qu’importe. Tu as déjà terminé de nettoyer ce sang qui t’appartient, et déjà enfile ta chemise, ta veste, pour finir par poser sur ta tête ce chapeau de feutre noir qui t’es si cher. Nouveaux gongs lointains. Il est l’heure de partir, et la sonnerie du téléphone te laisse comprendre que la voiture que tu as commandée est arrivée.
Plus de soleil. Juste un croissant de lune haut dans le ciel, à peine couvert d’un voile nuageux. Rien de dangereux pour toi, rien de dangereux pour qui que ce soit. Il ne te faudra pas plus d’une dizaine de minutes pour rejoindre le lieu du rendez-vous. Tu ne connais pas vraiment les lieux, tu n’es pas d’ici, tu n’es même pas de ce pays… Mais tu le sais, comme la plupart de ceux de ta race, que la Louisiane est une terre de mystère et que la magie a toujours eut sa place ici-bas, alors pourquoi aurais tu choisi un autre lieu que celui-ci pour trouver une sorcière. Trouver une sorcière pour faire quoi ?! Tu ne le sais même pas toi-même, juste une envie passagère de conclure en alliance entre leur ordre et ta propre personne. J’ose croire que tu as retenu une de mes leçons, et je désespère que tu ne sois en train de tout faire de travers, où tout du moins de faire comme tu l’entends. « Garde tes amis près de toi, et tes ennemis encore plus près. ».

Les portes claquent. Les vitres glissent, et tu descends de la voiture pour rentrer dans un autre univers. Les yeux te suivent, les envies et quelques sentiments haineux se font sentir. Tu ne t’en formalise pas, c’était déjà ainsi quand tu étais jeune et tu ne te fie plus aux autres depuis déjà très longtemps. Les mouvements s’arrêtent, et tu scrutes la salle dans laquelle tu es arrivée, cherchant des yeux la personne que tu es venue rencontrer. Elle est là. Ton sourire élargie. Pourquoi es-tu content ?! C’est dans la gueule du loup que tu te jettes. Tu lui fais à peine pression sur sa main en la lui serrant, mieux vaut ne pas faire mauvais impression dès la première rencontre. « Enchanté. ». Cesse donc de mentir, et remballe donc ce vilain sourire carnassier, tu n’es pas là pour faire ami ami avec cette étrange demoiselle.
« Ne restons pas dans le chemin, je pense que nous dérangeons. ». Et sans se retourner, sans lui jeter un quelconque autre regard, voilà que tu t’avances sans l’attendre, dépassant le bar pour aller prendre place à une table un peu à l’écart. Nulle n’a besoin d’entendre ce dont vous aller parler. Tu t’assois, prends tes aises, et jette un regard autour de toi pour enfin prendre connaissances des agissements de la sorcière.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Les affaires sont les affaires.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Journal d'une femme de chambre d'Octave Mirbeau
» Les affaires sont les affaires
» le coin des bonnes affaires
» les bonnes affaires sur internet
» Bonnes affaires : suite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
rewrite true blood ϟ  :: Le terrain de jeu :: Nouvelle-Orléans :: Le Whiskey Blue Bar-