AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


L'histoire de Bon Temps reste à écrire ...

Partagez | 
 

 Un petit verre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: Un petit verre Ven 29 Juin - 15:57

Cette journée avait très mal commencé, et avait continué sur le même rythme. Une coupure de courant durant la nuit avait déréglé le réveil, du coup, Alexander était arrivé en retard pour une interview qu’il devait réaliser. L’interviewé ne s’était même pas présenté, malgré le fait que le journaliste avait tout fait pour arriver en écopant d’une amende pour excès de vitesse. Dans sa précipitation, le pauvre métamorphe avait oublié son portefeuille chez lui. Par gentillesse, et surtout devant la bonne foi du jeune homme, le restaurateur s’était contenté de coller le pauvre bougre à la plonge. Après un tel enchaînement, Alex se sentait vidé et vanné. Son désespoir était plutôt grand vers la fin de l’après-midi. En y réfléchissant, la soirée s’annonçait bien meilleure. En effet, il avait rendez-vous avec Alexandra durant la soirée… il ne s’agissait que de prendre un verre comme ils l’avaient fait de nombreuses fois, et cette fois, il espérait que la nuit se terminerait par une petite course entre félin dans la forêt. C’était en général un pur instant de bonheur et de détente. En y repensant, Alexandra était bien la première personne qui lui permettait d’avoir cette impression ; elle arborait une forme similaire à la sienne, et surtout elle voyait la vie de métamorphe de la même manière que lui. A croire qu’ils étaient faits pour se rencontrer, en y ajoutant la surprenante ressemblance de leur prénom. La mère du jeune Myran lui avait collé cette idée dans la tête, lors de leur dernière conversation téléphonique.

L’heure approchait à grand pas. Se relevant de son fauteuil devant l’ordinateur, Alexander arborait une mine réjouie et heureuse. Il arriverait probablement un peu tôt, mais ce n’était pas un réel problème pour l’intéressé. En une dizaine de minutes au volant de sa voiture, le journaliste était arrivé au Whiskey Blue Bar. C’était un bar très prisé, bien qu’il soit tenu par un loup-garou, tout type de créature y était accueilli et traité de la même manière. C’était le lieu de travail d’Alexandra et d’Ana, et le nouveau point de chute du globetrotteur depuis sa rencontre avec la métamorphe. D’ailleurs, Alex commençait à être connu comme le loup blanc. Un signe de tête au videur et le métamorphe entra dans la bâtisse et se dirigea vers le bar pour prendre place sur un tabouret. Un geste au serveur, et un verre plein se trouva devant le jeune homme. Il sourit au barman avant de boire une gorgée de son verre. Un coup d’œil aux alentours lui démontra encore une fois la popularité de cet endroit. Il ne connaissait pas encore le propriétaire, mais espérait le rencontrer rapidement. Son intérêt pour ce dernier et surtout ses motivations intriguaient le journaliste. Son attention fut détournée par les paroles de la personne derrière le bar.


_ « Alexandra a terminé son tour de chant quelques minutes avant ton arrivée, elle ne devrait pas tarder. »

Un petit sourire d’Alexander accueillit cette nouvelle. Cette perspective entraîna une expression de joie et un large sourire heureux sur le visage du jeune homme. C’était une sacrée femme. Il connaissait une partie de son histoire, et avait comblé lui-même les trous en étudiant sa manière de parler, d’agir et de réagir. Le journaliste aimait passer du temps avec elle et discuter, ils se comprenaient à demi-mot et surtout elle ressentait un certain attachement pour elle. C’était un peu bizarre de dire cela après seulement une dizaine de jour après avoir rencontré l’intéressée. A cet instant, il maudissait sa mère et ses paroles si ambigüe qui lui mettaient des idées saugrenues dans la tête. Enfin en pensant à la métamorphe, Alex ne put réprimer cette petite expression légèrement lubrique qui s’affichait sur son visage… Après tout, lors de leur première rencontre, ils s’étaient présentés l’un à l’autre dans le plus simple appareil. Et le métamorphe avait une excellente mémoire photographique. D’ailleurs, si la jeune femme arrivait à cet instant, elle comprendrait sûrement les pensées de son ami et lui mettrait une tape derrière la tête comme à son habitude. Mais même cette perspective n’arrivait pas à effacer cette expression peu respectueuse…

[ hrp : Bon début un peu foireux, mais j’espère que ça te plaira et que ça te conviendra. N’hésites pas à me dire si tu veux que je change quelque chose. ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Un petit verre Dim 1 Juil - 10:31

C’était un soir presque comme les autres pour la jeune métamorphe. Il fallait qu’elle gagne sa vie, et pour cela, elle savait faire usage du don que Dieu lui avait fait : Une voix magnifique. Pourtant, Alexandra ne l’avait découverte qu’après sa majorité, alors qu’elle vivait au Mexique avec sa sœur Ana, tentant jours après jours de traverser la frontière américaine. Depuis, les sœurs avaient compris que la musique et le chant était leur unique moyen de survivre. C’était là où elles excellaient, la seule chose qu’elles savaient réellement faire, à défaut d’avoir pu faire les études qu’elles avaient espéré. La belle brune avait passé à peu près une heure devant son miroir. Elle s’était maquillée avec beaucoup de précision, dessinant un fin trait noir tout autour de ses yeux. Puis, elle s’était coiffée d’une queue de cheval haute, dégageant ainsi son visage souriant. Depuis 2 mois maintenant, une loge lui avait été réservée au Whiskey Blue Bar, l’endroit où elle se produisait le plus souvent, et où elle appréciait tout particulièrement l’ambiance qui y régnait. Ses patrons, ses serveurs et ses clients étaient si accueillants qu’elle n’aurait pu rêver d’un meilleur environnement pour travailler. Alexandra semblait heureuse, la vie lui souriait enfin et elle faisait tout pour profiter de chaque instant. Elle aimait son métier, elle aimait sa ville… Tout lui paraissait si parfait. D’ailleurs, son sourire s’élargit encore davantage lorsqu’elle se rappela avoir rendez-vous avec Alexander, ce métamorphe qu’elle avait rencontré quelques semaines auparavant et avec qui elle appréciait tant partager des moments. D’un physique plutôt avantageux, elle se rappelera toujours de la nuit de leur rencontre. Tout deux étaient sous forme animale, de magnifiques félins parcourant la forêt à toute allure … Puis, tout naturellement, ils avaient repris forme humaine ensemble, se découvrant ainsi dans le plus simple appareil, sans qu’aucune gène ne vienne empourprer leur visage.

Pendant près d’une heure et demi, Alexandra chanta sur la scène de Whiskey Blue Bar, accompagnée à la guitare par sa grande sœur. Le public avait été très enthousiaste, et tout s’était passé comme prévu. La métamorphe adorait les sensations que lui produisait la scène, à un tel point qu’elle en oubliait parfois qu’elle travaillait. Faire de sa passion son métier, beaucoup en rêve mais peu y parviennent. On pourrait dire ici que c’est une revanche sur la vie, après tant d’années de souffrance, les deux sœurs souriaient enfin et appréciaient la vie qu’elles menaient. Fini l’humiliation, la destruction psychologique et les violences physique, Alexandra revivait, découvrait enfin réellement ce qui l’entourait. Habillée du petite robe noire et chaussée d’escarpins, la belle descendit de la scène en saluant son public de la main. Elle riait, heureuse d’avoir pu égayer la soirée de ceux qui étaient venus l’écouter. Puis, quelqu’un la héla au loin. C’était le propriétaire du bar, quelques billet dans la main et le sourire aux lèvres, il lui fit signe de s’approcher, ce qu’elle fit aussitôt.

- C’était génial Alex, comme toujours. Tiens, tu le mérites. Lui dit-il en lui tendant les billets. A la semaine prochaine ma belle.

La jeune métamorphe ne pu s’empêcher de sautiller de joie lorsqu’elle reçu l’argent, c’était sa réaction à chaque fois qu’elle se faisait payer, comme si elle n’arrivait pas à réaliser que ce qu’elle faisait méritait un salaire. Shane était un loup-garou, pourtant il n’avait jamais eu d’attitude hautaine envers elle. Elle l’appréciait beaucoup, et ne manquait jamais de le lui faire savoir. Sa perchant sur la pointe des pieds, elle déposa un baiser sur sa joue avant de tourner les talons et de retourner dans sa loge.

- Merci Shane, c’est un vrai plaisir de travailler pour toi ! Lança-t-elle gaiement.

De retour dans la pièce qui lui était réservée, le silence l’entourait à présent et elle ferma les yeux, savourant toute la joie qui l’envahissait à cet instant. Alors qu’elle prenait une longue inspiration pour retrouver son calme, elle perçu une odeur très familière. Celle d’un métamorphe, et une chose était sure, ce n’était pas celle de sa sœur ! En vitesse, elle plia ses affaires et les fourra dans son sac ; Elle échange sa paire de hauts talons pour des ballerines plus confortables, et détacha ses cheveux, les laissant tomber en cascade dans son dos.

- Ana, tu veux bien prendre mon sac ? Je ne rentre pas à la maison tout de suite ! Lui demanda-t-elle sans vraiment lui laisser le temps de protester. Je t’aime ! Chantonna-t-elle avant de sortir de la loge à grande enjambées.

De nouveau dans la salle bondée du bar, elle la parcouru anxieusement du regard. Kyle était là, et l’impatience de le retrouver la rendait euphorique. Il lui fallut très peu de temps pour le repérer. Il avait une certaine prestance et une virilité qui le rendait unique, reconnaissable entre mille.


- Alex ! Cria-t-elle avant de courir le rejoindre.

Elle avait bousculé quelques clients au passage, mais ne semblait guère y prêter attention. Enfin arrivée vers celui qui l’attendait, elle se jeta dans ses bras et embrasse sa joue. Alexandra n’était pas du genre à se soucier du regard des autres, encore moins des jugements et des critiques. Elle faisait ce qu’elle voulait, quand elle voulait, et peu importe si ce n’était pas politiquement correcte ou bien trop immature pour une femme de son âge. Elle s’en moquait éperdument, elle était impulsive, mais ne regrettait jamais ses actes.

- Comment vas-tu ? Je suis si contente de te voir ! ! Lui dit-elle en débitant ses mots à une vitesse folle.

Alexandra relâcha enfin son ami et prit place sur le haut tabouret en face de lui. Elle passa sa main dans ses cheveux ébouriffés par l’enthousiasme dont elle avait fait preuve, puis plongea son regard dans celui du métamorphe. Lui aussi semblait heureux de la voir, à vrai dire le contraire lui aurait parut étrange…


- C’était de la folie ce soir ! J’en tremble encore ! Lui déclara-t-elle en riant. Je crois que je vais avoir besoin de ma défouler !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Un petit verre Dim 1 Juil - 12:09

Alexander commençait à avoir ses habitudes dans le bar. D’ailleurs de nombreuses fois on l’avait interrogé sur sa relation avec Alexandra. Beaucoup pensait qu’ils étaient en couple. Contrairement aux apparences, une complicité énorme et une profonde amitié étaient nées entre eux dès leur première rencontre. L’un comme l’autre avait découvert le secret de l’autre dès les premiers instants, et ils s’étaient vus dans le plus simple appareil au bout de deux heures à courir ensemble sous forme de félin. Cette image revenait en mémoire du journaliste, sa mémoire photographique était un avantage qu’il appréciait à cet instant précis. Son nez dans son verre, il ne put réprimer un petit rire et une expression lourde de sens pour quelqu’un connaissant le métamorphe. Ce dernier attendait donc patiemment la jeune femme, totalement enthousiaste à la perspective de la soirée qui s’annonçait. Encore une fois, ils allaient sûrement se transformer et courir dans la forêt pendant des heures. Sous forme de félin, ils prenaient un malin plaisir à concourir sur leurs capacités physiques respectives ; l’attribut de leur animal leur conférait l’avantage tour à tour. Alexandra était plus rapide, et meilleure grimpeuse mais le jeune homme était plus souple et possédait une meilleure détente. Des petits jeux anodins et totalement innocents, mais tellement agréable et libérateur pour les deux métamorphes. Ces derniers ne se sentaient totalement libre que sous forme animale d’ailleurs, et surtout libéré de toute la pression ou des ennuis du quotidien.

La voix cristalline d’Alexandra résonna dans le petit bar. Cette nonchalance et cette totalement insouciance étaient réellement agréable et libérateur. Cela attirait aussi l’attention mais qu’importe. La chanteuse se jeta alors au cou du journaliste. Sans se soucier des autres clients, il profita de cette étreinte et serra la jeune femme dans ses bras. Ils sentaient bien qu’il faisait des envieux à cause de cette complicité qui les unissait. Son odeur et sa chaleur étaient agréable et si familière à présent. Le journaliste portait un t-shirt à manche longue, un jean et des baskets. Tout dans la sobriété et le confortable. Ses cheveux s’étaient placés de manière naturelle, en clair, ils allaient dans tous les sens et des épis parcouraient sa crinière blonde. Il n’eut pas le temps de répondre qu’elle avait déjà pris place à ses côtés, se passa la main dans les cheveux et fixa Alexander de manière intense. Il afficha une expression très heureuse et amusée, le regard du jeune homme pétillait de joie en la fixant à son tour. Un petit clin d’œil complice accueillit les dernières paroles de son amie ; il en avait bien besoin et très envie aussi. Prenant une nouvelle gorgée de sa boisson, pour laisser le temps à son interlocutrice de rajouter quelque chose, il continua de l’observer et finit par prendre la parole à son tour.


_ « Attendons encore un peu avant d’aller nous défouler si tu veux bien. » D’un geste, il indiqua au barman de fournir un verre à la jeune femme avant de continuer « A part ça, je vais bien. Juste les mésaventures du quotidien. Quelqu’un ne s’est pas présenté, et j’ai perdu temps et de l’argent pour rien. »

Pour conclure son petit laïus, Alexander haussa les épaules et se contenta de continuer à regarder la jeune femme. Elle était vraiment radieuse, et son attitude en disait plus que tous les compliments qu’il pourrait lui faire. D’ailleurs, c’était impressionnant la manière dont ils se comprenaient d’un simple regard. Peut-être leur animal fétiche créait des liens invisibles et étranges pour des non-initiés. Il faut dire que jusqu’à présent, le journaliste n’avait jamais partagé de pleine lune ou des courses avec un être arborant une forme de la même famille que la sienne. Il avait connu des lycanthropes, des chiens, des chevaux, des oiseaux de proie… Enfin bref, Alex resta aussi détendu et serein qu’à son habitude. On ne pouvait le qualifier de nerveux ou d’extraverti. Bien au contraire, son tempérament s’opposait nettement à celui de la jeune femme. Mais ils se complétaient parfaitement.

_ « Un de ces jours, je finirais bien par assister à l’un de tes tours de chant, vu le temps que je passe dans ce bar. Mais j’ai peur de tomber totalement sous ton charme, quoique c’est peut-être déjà trop tard. »

Alexander parla sur un ton ambigu. En effet, ces derniers jours, il s’amusait beaucoup à jouer avec la jeune femme. Elle ne le laissait pas indifférent depuis leur première rencontre, mais il ne savait pas à quoi s’en tenir autant de son côté que de celui d’Alexandra. Enfin bref, aussi vite que son expression s’était faite lourde de sens, il afficha à nouveau un visage amusé et ravi à l’idée de courir avec elle dans quelques heures. Par prudence, les deux métamorphes attendaient la nuit tombée avant de se changer et de partir pour leur sortie nocturne ; les changelings n’avaient pas encore fait leur coming out et le secret absolu était une règle tacite pour tous les membres de cette communauté. Observant la jeune femme, le journaliste ne put s’empêcher de remettre en place une mèche rebelle derrière l’oreille de l’intéressée.

_ « Tu es rayonnante comme d’habitude, j’espère que tout va bien pour le moment. Et ta sœur se porte comment ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Un petit verre Mer 4 Juil - 9:54

Alexander n’avait besoin de parler pour transmettre à la jeune métamorphe toute l’affection qu’il lui portait. C’était d’ailleurs ce qui caractérisait leur relation si récente et pourtant si intense. On pourrait croire que ces deux là communiquent par l’esprit, qu’un simple sourire ou regard peut exprimer beaucoup plus que des mots. L’étreinte du bel homme s’était faite aussi forte qu’elle l’avait espérée, pourtant comme à son habitude, il avait gardé une attitude calme et posée, tout à fait à l’opposé de celle de la belle brune. Certains auraient pu percevoir ceci comme de l’ennui, de l’agacement ou même du mépris, mais Alexandra savait parfaitement que son ami était tout aussi enthousiaste qu’elle à l’idée de passer la nuit en sa compagnie. A vrai dire, la calme d’Alexander balançait le trop-plein d’énergie de la femme-jaguar, et elle appréciait beaucoup cela. Ils se complétaient, il était la force tranquille, elle était l’euphorie, l’insouciance …

Tout en ayant la délicatesse de commander un verre pour la jeune femme, Alexander entreprit de calmer les ardeurs de la belle, lui rappelant qu’il serait dangereux de se transformer aussi tôt. Et il avait raison. Depuis les insinuations télévisées de Nan, Alexandra savait à quel point les loups et les métamorphes devaient redoubler de vigilance. Elle avait beau prétendre ne se soucier de rien, la sécurité des gens qu’elle aime était sa préoccupation première, et si cela signifiait faire preuve de sagesse et de réflexion, et bien elle s’en savait capable. A ses paroles, Alexandra acquiesça d’un léger mouvement de tête, son visage avait pris une expression sérieuse, presque grave. Puis, le beau blond évoqua sa journée. Cette-dernière n’avait pas été productive, et même si cela semblait l’avoir contrarié, il afficha une mine résignée, comme si cela ne comptait plus à présent qu’ils étaient réunis.


- Oh, les gens sont parfois sans-gêne … Tu te referas ! Lança-t-elle gaiement.

Non pas qu’Alexandra se moquait des ennuis professionnels de son ami, mais lorsqu’il était question de se lamenter ou d’exprimer une quelconque compassion, la jeune métamorphe rencontrait quelques difficultés. Heureusement, elle savait qu’Alex n’était pas du genre à attendre cela d’elle et elle ne s’en sentait que plus détendue. Vous n’imaginez pas le nombre de personnes qui, chaque jour, vous parle de leur vie dans l’unique but de susciter de la pitié, de la compassion ou même de la jalousie. Alexandra détestait cela, il était d’ailleurs très fréquent qu’elle use du sarcasme ou de l’ironie pour répondre, ce qui avait le don d’agacer royalement ses interlocuteurs. Mais à vrai dire, elle s’en moquait, car ceux qui tentaient ce genre d’approche avec elle ne la connaissaient pas, ils n’étaient pas ses amis, elle ne les appréciait pas … Alors à quoi bon essayer de faire bonne figure ? Les faux-semblants, l’hypocrisie ? Très peu pour elle. Avec Alexander, la chanteuse se comportait de façon tout à fait naturelle, et il était bien l’un des seuls avait qui elle aimait parler de la vie, tout simplement …

Alexander n’avait encore jamais entendu chanter son amie depuis leur rencontre. C’est elle qui lui avait parlé de son métier, de sa passion, mais elle n’avait encore jamais eu l’occasion de lui montrer ses talents d’artiste. Pourtant loin d’être timide ou facilement impressionnable, la métamorphe ressentait une certaine appréhension à l’idée de chanter devant son ami. Surement parce qu’elle se souciait de son avis, de son jugement … Et croyez-moi, ceci était plutôt rare !


- Pff ! Souffla-t-elle avant de rire. T’as raison, dans ce cas-là mieux vaut que tu ne m’entendes jamais chanter !

Elle lui adressa un clin d’œil taquin avant de remercier le serveur qui venait de lui apporter son verre d’alcool. Sa réponse avait peut-être été un peu cassante, et elle ne s’en rendit compte qu’après. A vrai dire, Alexandra appréciait beaucoup son ami métamorphe, même trop à son goût. Elle qui tenait tant à sa liberté, à sa vie d’insouciance et d’inconscience, il faut croire qu’elle n’était pas aussi laxiste sur tout … S’attacher à quelqu’un lui faisait peur, car cela signifiait aussi avoir des responsabilités, devoir répondre à des attentes, faire des efforts, des compromis … C’était tout le contraire de ce qu’elle était ! Alors au fond d’elle, même si les paroles d’Alexander lui procuraient beaucoup de chaleur, elle espérait très fort qu’il plaisantait seulement …

- Merci Alex, j’ai passé une heure à me maquiller, contente que ça se voie ! Lui répondit-elle un sourire au coin des lèvres. Ana va très bien, elle semble heureuse, tout comme moi. Je crois qu’elle s’inquiète beaucoup de notre avenir financier, mais aussi de celui de notre espèce … Moi aussi, j’ai peur. Ca me tue de l’admettre, mais cette putain de vampire pourrait bien avoir notre peau.

Le regard de la belle était anxieux, plongé dans celui de son ami, elle semblait y cherché tout le réconfort et la sécurité dont elle avait besoin. Alexandra détestait tellement se sentir impuissante face à une situation, et les révélations mystérieuses de Nan Flanagan à la télévision la rendaient complètement frustrée… Incapable d’agir pour protéger les siens, elle se sentait si petite parmi ces grands de la politique. Que pouvait-elle faire pour éviter la Grande Révélation ? Elle l’ignorait, et ça la rongeait. Alexander était le premier à qui elle confiait ses inquiétudes … Elle avala son v erre d’une traite avant de reprendre :

- On n’a rien demandé à personne nous ! C’est pas notre problème si les vampires n’arrivent pas à gérer la situation dans laquelle ils se sont mis. Merde !

Alexandra tentait de rester discrète, le bar grouillait de monde, et les oreilles trainaient, elle le savait mieux que quiconque.

- Sortons d’ici, tu veux bien ? J’ai besoin de prendre l’air. Promis, pas de transformation avant au moins une heure. Lui chuchota-t-elle d'une vois suave en se penchant au creux de son oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Un petit verre Mer 4 Juil - 13:06

Comme d’habitude, la discussion s’était installée entre les deux métamorphes de manière naturelle et simple. Aucun des protagonistes ne devaient jouer un rôle pou rendre ce moment agréable. Ils s’acceptaient l’un l’autre tel quel. C’était relaxant, et très agréable. Alexandra ne mâchait pas ses mots, et disait ce qu’elle pensait sans arrière pensée ; pour cette raison, le journaliste lui confiait ses problèmes sans hésiter ni dissimuler une partie de la vérité. La jeune femme avait le chic pour permettre au globetrotteur de relativiser chaque chose, il avait plus besoin de ça qu’une oreille compatissante à l’excès. Il avait besoin qu’on lui donne un bon coup de pied au derrière, plutôt qu’une épaule pour pleurer. Depuis l’enfant, le métamorphe avait du faire face à des problèmes tout seul, et les régler de la même manière. Sa mère n’avait pas la fibre parentale. Elle l’aimait, et l’aime encore mais elle le traitait comme un adulte depuis le plus jeune âge. Une bénédiction du point de vue de l’intéressé, et depuis, il ne supportait pas qu’on le considère comme une faible ou qu’on le plaigne. Ses réponses et ses récits ressemblaient à ses articles, ce n’était qu’un constat et un état des lieux dans leur apparat le plus simple. Et non une plainte implicite de sa part. Pour détendre un peu l’atmosphère, et parce que c’était dans sa nature, Alexander lança un autre sujet de conversation. Il faisait comprendre indirectement à son interlocutrice, qu’elle ne le laissait pas indifférent… Il n’attendait rien d’elle, c’était encore une fois la pure et simple vérité de ses sentiments. Une mine dépitée accueillit son clin d’œil taquin.

Et encore une fois, Alexander changea le sujet de la discussion. Inutile de l’asticoter plus que ça. Elle ne souhaitait pas de relation pour le moment, il s’en accommoderait. Il préférait laisser cette idée faire son petit bonhomme de chemin, et si elle loupait le coche, c’était tant pis pour elle. Le journaliste embraya avec un compliment, histoire d’enfoncer un peu plus le clou, avant de l’interroger sur sa sœur. Il ne connaissait pas très bien Ana, mais Alexandra en parlait beaucoup… probablement plus qu’elle ne s’en rendait compte. Et soyez prévenu. Un reporteur n’oublie jamais rien, même si il vous donne l’impression de vous écouter que d’une oreille distraite. Gardant son regard rivé à celui de la jolie métamorphe, Alex gardait toujours cette expression détendue et calme ; contrairement à cette dernière, il prenait les choses de manière pragmatique. On ne pouvait rien faire pour le moment, alors autant se tenir prêt à toutes les éventualités et accepter les choses comme elles viennent. Le métamorphe ferait tout pour empêcher cette Nan d’assouvir ses ambitions. La grande révélation des métamorphes et garous aurait bien lieu un jour ou l’autre, mais la décision leur appartenait à eux, et à eux seuls. Pour toute réponse, il haussa les épaules et se leva à son tour ; le souffle de la jeune femme dans son oreille le fit frémir de manière nettement visible.


_ « Tu as vu l’effet que tu me fais ! Allons-y, en attendant le bon moment, pour reprendre mes esprits, je vais avoir besoin d’un bon bol d’air frais. »

Avec un large sourire, et une révérence discrète, Alexander invita son amie à sortir du bar. Il la sentait bouillir, et s’inquiéter. Même si son attitude était plus nonchalante, il n’était pas ravi de la tournure des évènements. Le journaliste avait l’impression d’être privé de sa liberté, avec cette épée de Damoclès mis sur sa tête grâce aux vampires. Avant de continuer sur le sujet de Nan Flanagan, le métamorphe préféra attendre d’être assez loin du bar, et de toutes oreilles indiscrètes. Non que ces idées étaient subversives ou dangereuses, mais d’expérience, il savait qu’un excès de prudence n’était jamais une mauvaise chose. Bien au contraire. Marchant aux côtés de la jeune femme, et la bousculant légèrement à l’épaule pour la détendre un peu, Alex ne quittait pas ce visage détendu et ce sourire ravi et franc. Après quelques secondes de silence, il répondit comme si la conversation n’avait pas été interrompue.

_ « Tu ne devrais pas t’en faire plus que ça pour cette histoire. Dis-toi une chose, cette déclaration en fait pas l’unanimité auprès de tous les vampires et beaucoup la trouve pour le moins contradictoire. Cela n’apporte rien aux vampires, à part peut-être plus de problèmes, et si elle pense que les métamorphes et garous ne vont pas prendre les devants, c’est qu’elle nous prend pour des attardés notoires. Et il semblerait que les choses changent parmi les meutes et communauté de ce territoire. »

Son ton s’était fait énigmatique, et il clôtura sa réponse d’un clin d’œil lourd de sous entendu. Alexandra devait avoir compris qu’il n’en dirait pas plus, le journaliste pouvait se montrer très loquace, voir trop, mais il savait garder un secret et le défendre farouchement. Le moment n’était pas venu pour lui de révéler certaines choses. Et il ne doutait pas de la confiance de la chanteuse en ses paroles, même si cela ne faisait que quelques jours qu’ils se connaissaient, Alexander lui avait déjà donné des preuves qu’il avait beaucoup de contact dans le monde surnaturel… même chez les vampires. D’un geste maladroit, mais tendre, il prit la jeune femme par l’épaule et la colla contre lui. Il inspira profondément, et déposé un doux baiser sur le front de la jeune femme avant de conclure tout simplement.

_ « Qu’Ana ne s’inquiète pas, il ne vous arrivera rien de mal, je veillerais sur votre sécurité. Vous n’êtes plus seules, tu peux compter sur moi n’importe où et n’importe quand, je serais toujours à vos côtés. Et si tu as des problèmes d’argent, n’hésites pas à me demander, j’ai de quoi vous prêter. Rassures-toi, je serais me montrer raisonnable concernant la dette contractée. Et crois-moi, elle laisse planer le doute, car rien n’est décidé et pour le moment, rien ne sera tenté. » Marquant un temps de pause, il inspira profondément « Enfin c’est ce que je pense, et ce que j’analyse de ses paroles énigmatiques. Peut-être est-ce tout simplement une manœuvre pour détourner un peu l’attention d’eux pendant quelques temps et en profiter pour revoir leur politique. »

Tout en continuant de marcher, Alexander maintenait son étreinte tendre mais ferme. Il voulait réconforter son amie, et lui prouver sa présence. Le journaliste ne considérait pas la chanteuse comme quelqu’un de faible, bien au contraire, mais on a tous nos moments de faiblesse et de doute. Autant les accepter, les montrer et les dépasser. Puis contrairement à lui, Alexandra et Ana n’avaient plus de famille ou de personnes sur qui compter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Un petit verre Sam 7 Juil - 11:28

Un frisson parcourut soudain le corps de son ami, et Alexandra étouffa un rire gêné. Elle qui pourtant usait si souvent de ce genre de séduction, l’effet qu’avait provoqué son murmure n’était pas volontaire. Elle le dévisagea quelques instants, attendrie par la réaction du métamorphe. Il faut dire qu’Alexandra n’avait pas toujours connu des hommes aussi doux, on pouvait presque dire que c’était une première pour elle. En fait, depuis que les sœurs s’étaient installées à la Nouvelle-Orléans, chaque jour était une découverte, une première fois. Elles qui avaient tant été brimée par leur père, Alex et Ana ouvraient enfin les yeux sur le monde qui les entourait, et autant vous dire qu’Alexandra savait croquer à pleine dents chaque minute que Dieu faisait. La belle brune venait d’exprimer le besoin d’aller prendre l’air à l’extérieur, et son désir fut vite exaucé. Cette histoire de Grande Révélation la tourmentait grandement, et elle ressentait un besoin immense de l’exprimer, mais pas à n’importe qui … Elle savait Alexander très à l’écoute des autres, et ne doutait nullement de sa capacité à apaiser les tensions. Ou du moins, ses tensions à elle. Oui, il excellait dans ce domaine, bien qu’elle continue à ignorer vraiment pourquoi. Peut-être était-ce toujours ainsi que se passait les relations entre métamorphe ? Comment aurait-elle pu le savoir ? En dehors de sa famille, Alexandra n’avait jamais rencontré d’autres métamorphes …

Alexander descendit de son tabouret, et la jeune femme l’imita. Un sourire se dessina sur ses lèvres, sans qu’elle ne puisse le contrôler. C’était plus fort qu’elle, elle aimait tellement la compagnie du journaliste, qu’un simple regard pouvait améliorer son humeur et calmer ses inquiétudes. Toutefois, elle sentait très bien qu’Alexander ne restait pas indifférent face à la menace qui pesait sur son espèce. Marchant côte à côte, les deux surnats franchirent la porte de sortie du bar, jouant à se bousculer mutuellement, comme le font les enfants dissipés dans les rangs de l’école. Puis, les paroles de son ami envahir le silence de la nuit et réchauffa son cœur. Souvent Alexandra oubliait qu’elle n’était plus seule, qu’elle avait des amis. Parfois même, la métamorphe pensait apercevoir le visage de son père parmi les passants, celui de sa mère aussi… Aussi, elle avait ce mal en elle, qui quotidiennement la rognait, la poussait à franchir la ligne … Oui, vous savez, cette ligne qui se situe entre le Bien et le Mal ? Coupable d’un parricide, l’esprit d’Alexandra n’avait jamais cessé d’être torturé depuis la nuit fatidique. Toutefois, aussi immature et impulsive qu’elle puisse l’être, la métamorphe savait se contrôler. Elle a apprit à dompter ses pulsions, à taire ses idées noires. Et aujourd’hui plus que jamais, Alexander lui rappelait pourquoi il fallait qu’elle se batte, qu’elle aille à l’encontre de cette nature meurtrière qui était en elle.


- Quel positivisme ! On croirait m’entendre ! S’esclaffa t-elle.

Alexandra s’en serait giflée ! Elle détestait se lamenter, s’inquiéter, et plus que tout, parler de ses peurs. Elle était la première à ne rien prendre au sérieux, à tout tourner à la dérision, mais ce soir elle s’était égarée sur le chemin du doute… Il fallait qu’elle se reprenne. Le métamorphe la serra contre lui et déposa un baiser sur son front. Son visage s’empourpra et instinctivement, elle baissa la tête pour dissimuler sa gêne. Etouffant un petit rire mutin, elle passa son bras autour de la taille de son ami et posa quelques secondes la tête sur son épaule réconfortante.


- Merci Alex, je te fais déjà confiance les yeux fermés, tu le sais. Lui répondit-elle, touchée par ses paroles. Ana s’inquiète toujours, c’est dans sa nature … J’peux rien y faire. Et puis, on n’a pas à se plaindre en ce moment, les affaires marchent bien ! On se produit presque deux fois par semaine !

La belle brune retrouvait enfin son optimisme, et un large sourire se dessinait sur ses lèvres rosées. L’étreinte de son ami la faisait se sentir en sécurité, soutenue par un être qu’elle savait prêt à beaucoup de chose pour elle. Comment pouvait-elle rêver d’une meilleure soirée ? Prise soudain d’un frisson, elle savait que la jaguar en elle ne tiendrait plus très longtemps. Il fallait qu’elle libère la bête, qu’elle dépense toute cette énergie qu’elle n’avait pu dépenser pendant la journée, aux côtés de simples humains. Alors, elle se détacha de l’emprise d’Alexander, et en quelques bonds dignes d’un cabri, elle se posta face à lui et se mit à marcher à reculons. Son regard plongé dans le sien, une lueur jaune traversa ses pupilles, signe que sa transformation ne se ferait plus attendre très longtemps. Evitant les obstacles comme si elle avait des yeux derrière la tête, son attitude se fit plus féline, plus provocatrice. Sa main attrapa alors la fermeture éclair sur le côté de sa robe, et doucement, elle la fit descendre, découvrant ainsi ses épaules dénudées et sa poitrine vêtue d’une fine lingerie noire.

- Qu’est-ce que t’attends, petit chat ? Lui lança t-elle d’un ton de défi.

La petite robe noire d’Alexandra tomba à ses chevilles, et ne laissant le temps à son ami de s’attarder sur son corps à moitié nu, elle tourna les talons et s’enfonça en courant dans la végétation de la petite forêt jouxtant le club. Ce n’était certes pas très réfléchi, et elle savait qu’Alexander ne manquerait pas de lui taper sur les doigts pour cette prise de danger, mais elle s’en moquait. Le vent faisait virevolter sa longue chevelure brune, tandis qu’elle se débarrassa de ses escarpins, laissant ses pieds nus fouler le sol humide et boueux. En une fraction de seconde, elle devint quadrupède et un rugissement retentit dans le silence de la forêt endormie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Un petit verre Sam 7 Juil - 12:23

Les deux amis sortaient tranquillement du bar, et arpentèrent les rues de Shreveport. Leur discussion continua sur le même ton que précédemment. Cette épée de Damoclès, posée par les vampires sur toutes les autres créatures surnaturelles, ne pouvait laisser personne indifférent ; il fallait se préparer au pire, et être prêt à intervenir. De son point de vue, Alexander pensait qu’à présent les métamorphes ne pourraient échapper à une révélation. Et cette dernière se passerait beaucoup mieux si elle était prise en charge par les premiers concernés. D’ailleurs, cela faisait partie des raisons de la présence du journaliste en Louisiane. Il était censé tenter de convaincre les chefs de meutes et de communauté de créer un gouvernement commun. Enfin pour cette soirée, il était inutile de penser à cela. Chacune de ces paroles à cet instant avait pour but de réconforter son amie, et de la rassurer sur la situation. Elle était loin d’être faible, et le métamorphe aurait aimé qu’elle se laisse un peu plus souvent aller. Les humains sont comme des cocottes minutes, si on ne relâche pas la pression de temps en temps, ça finit par exploser. Sacrée Alexandra. Certes son positivisme était contagieux, pour une personne la fréquentant régulièrement. Comme un grand frère protecteur, ou un petit-ami attentif, Alex laissa la jeune femme profiter de son épaule. Ses joues se rosirent légèrement lorsque son amie lui fit part de sa confiance aveugle, et qu’elle tenta de le rassurer à son tour.

Ils continuèrent ainsi encore quelques mètres. Alexandra s’échappa de l’étreinte du métamorphe, et marcha à reculons avec une agilité et une grâce peu commune. La panthère se réveillait en elle. Et l’once à l’intérieur d’Alexander répondait à cet appel. Ses pupilles bleues se firent plus brillantes. Et le journaliste se déplaça plus facilement et plus gracieusement à son tour. Quelle inconsciente cette chanteuse ! Elle aurait le droit à quelques remarques après leur petite course, Alex n’était pas un moralisateur mais il se devait de rappeler la plus extrême prudence à son amie… Surtout maintenant que chacun espionne son voisin, et cherche à interpréter les paroles énigmatiques de Nan Flanagan. Un simple pouffement accueillit la remarque de la jeune femme. Petit chat. Elle cherchait la bagarre. La voir en partie nue émoustilla le métamorphe. Elle jouait vraiment avec lui à cet instant, elle connaissait parfaitement son attirance… Et le célibat et l’abstinence n’étaient pas un choix de vie du journaliste, mais surtout une conséquence de son secret et de ses voyages. En tentant de rattraper son amie, Alex ramassa les vêtements laissés derrière tel le petit poucet.

_ « Alex… je te jure… »

Ce furent les derniers mots prononcés par le journaliste. Quelques secondes plus, après avoir dissimulé leur vêtement dans un fourré, l’homme avait laissé place à la panthère des neiges. L’animal humant l’air s’élança alors brusquement à la suite de son amie. Sa conscience était encore présente, mais l’animal sauvage en lui s’exprimait à présent. Courant avec plaisir dans les bois, il rattrapa le jaguar qui l’attendait… Approchant discrètement, il s’élança sur l’autre panthère dans un bon prodigieux et gracieux. Contrairement à sa compagne de pleine lune, l’once ne pouvait rugir. Il était comme les chats, il sifflait et grondait. Mais il s’exprimait pleinement. Ce bond lança les hostilités entre les deux panthères. Enfin c’était des jeux version animal sauvage. Le métamorphe se sentait totalement libre à présent, et pleinement à sa place. La queue de l’anima frétillait avec frénésie, pendant que la panthère était assise et fixait le jaguar attendant de réagir à ses mouvements. Ses grandes pupilles bleues absorbant le moindre filet de lumière brillait d’une lueur sauvage exceptionnelle. Tous les muscles de l’animal étaient tendus, prêt à bondir ou s’élancer dans une course frénétique à travers les arbres de la zone… Le vent fouettait la fourrure des deux félins, mais ils ne ressentaient pas le froid. Cela créait juste un spectacle très étonnant, et stupéfiant pour une personne qui passerait par là. Son regard posait intensément sur la panthère, l’once attendait le prochain round impatiemment…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Un petit verre Mer 18 Juil - 10:40

Alexandra aimait plus que tout sa nature de métamorphe. Elle la considérait comme un don, quelque chose qu’elle n’aurait échangé pour rien au monde. Elle lui offrait la puissance, l’invulnérabilité dont elle avait besoin. Ainsi, aussi souvent qu’elle le pouvait, la belle brune se transformait, s’évadait quelques heures de ce quotidien à mille à l’heure, de la pression journalière que lui infligeait son métier, cette vie pour le moins instable mais pour laquelle elle se battait, jour après jour. Et puis aussi, la transformation lui était indispensable. Il s’était réveillé il y a quelques années, un instinct dont elle n’aurait jamais soupçonné l’existence. Une voix, une pulsion … Un côté obscur, froid et violent. Alexandra ressentait souvent ces pulsions sanguinaires qui la rendaient honteuse. Elle les cachait, en permanence… Elle refusait même d’avouer à Ana ce mal qui grandissait en elle. Toutefois, et Alex vous le dira toujours, il y a des solutions à tout. Le jaguar est le médicament miracle de la chanteuse. Il est son calmant, son antidépresseur. Sous sa forme animale, Alexandra courait sans réel but dans cette forêt dont elle connaissait tous les recoins. Derrière, elle pouvait entendre le souffle de son ami. Lui aussi avait enfin cédé à l’appel de la forêt, et le son de ses pattes foulant la terre humide se faisait de plus en plus fort, de plus en plus rapide. Il arrivait. Si elle l’avait pu, la jeune métamorphe aurait sourit, mais incapable d’une réaction si humaine, elle se contenta d’émettre un petit rugissement aux airs de ronronnement. Alexandra était heureuse, son esprit était complètement libéré de la tension qui l’avait envahit quelques minutes auparavant, à l’évocation de Nan Flanagan. Elle s’en fichait à présent … A quoi bon se soucier du futur lorsqu’on ne sait même pas de quoi sera faite la prochaine minute ?

En une fraction de seconde, Alexander bondit sur elle, la plaquant au sol. On aurait dit une scène du Roi Lion, Nala et Simba en pleine action … Oui, sauf que là, c’était beaucoup plus réel. Le journaliste venait d’ouvrir les hostilités, et Alexandra en rugit d’excitation. Elle adorait ces jeux là, elle y prenait un plaisir tout particulier, surtout lorsqu’elle avait le dessus … Alors sans plus attendre, elle se redressa et plongea son regard perçant dans celui de son ami. Pendant quelques secondes, le jaguar resta sans mouvoir, seulement sa queue balayait lentement le sol de la forêt, signe d’agitation. Puis, à une vitesse impressionnante, Alexandra s’éleva sur ses pattes arrière et frappa la tête de la panthère avec une de ses pattes avant. Elle retomba sur lui, et de tout son poids elle le plaqua à son tour. Son attaque avait été vive, mais pas si brutale que vous pourriez le penser. Aussi, en signe trêve, elle frotta son museau contre celui de son compagnon de jeu, avant de se laisser tomber à ses côtés. Puis, en vraie féline, elle entreprit de faire un peu de toilette après cet exercice quelque peu salissant. Sur son épaule, du sang s’écoulait d’une légère blessure due à l’affrontement. Alexandra savait que lorsqu’elle aurait retrouvé sa forme humaine, cette plaie se refermerait en quelques minutes. C’était un des nombreux avantages qu’offrait leur nature de métamorphe.

La transformation avait été rapide, mais intense. Essoufflée, Alexandra se redressa et partit à la recherche de ses vêtements. Pas question de retrouver forme humaine devant son ami une nouvelle fois … Il faut savoir entretenir le mystère, pas vrai ? Bon, après ce qui s’était passé la nuit de leur rencontre, il est vrai que la nudité totale de la belle n’avait pas laissé place à beaucoup de mystère, et elle savait bien que le souvenir de cette vision resterait longtemps dans la mémoire de son ami. Alors, pas besoin de raviver ce souvenir là. D’une démarche lente et chaloupée, Alexandre s’enfonça à nouveau dans la végétation dense de la forêt. Le silence envahit à nouveau les lieux, le calme après la tempête … Puis, sa voix humaine s’éleva dans les airs, telle une douce mélodie.


- Tu m’as épuisé ! Lança-t-elle à Alexander, tout en renfilant ses sous-vêtements, cachée derrière un buisson. Merci … Finit-elle par dire d’une voix plus douce.

Retrouver ses vêtements n’avait pas été difficile, les métamorphes ont un odorat très développé et il leur est très aisé de séparer les odeurs et de se concentrer que sur une seule en particulier. Elle agrafa son soutien gorge, et étouffa un petit rire.


- Tu te ramollis un peu avec l’âge, je trouve …

Ceci était une pure provocation de sa part, injustifiée et infondée, mais qui la fit beaucoup rire. A vrai dire, ce qui l’amusait encore plus, c’était de savoir que la réaction de son ami ne se ferait pas attendre, et qu’elle serait à la hauteur de ce à quoi il l’avait habitué. Susceptible, Alexander ? A vous de juger !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Un petit verre Mer 18 Juil - 12:10

Et c’était parti. Les deux panthères jouaient dans la forêt, comme deux véritables animaux sauvages. Ils aimaient ces moments de détentes, et de pures délires entre eux ; Alexander appréciait beaucoup ces petits moments, ces derniers étaient différent avec quelqu’un de votre âge. Il courait avec sa mère étant enfant, mais elle veillait un peu trop sur lui. Lorsqu’il se promenait avec d’autres métamorphes ou garous, sa forme animale causait quelques petits soucis ; la plupart d’entre eux étaient des chiens, des chevaux et autres animaux domestiques de ce genre. En somme, personne n’était en mesure d’entrer dans les combats amicaux de l’once. Evidemment, avec un petit effort, le métamorphe aurait pu tenter de prendre une forme plus commune. Cependant, il appréciait beaucoup sa forme de félin et n’en souhaitait aucune autre ; cette dernière n’était vraiment pas discrète, et nécessitait un peu plus de prudence de sa part. Prudence élémentaire dont Alexandra semblait dépourvue. Heureusement que le journaliste agissait souvent comme un grand-frère avec elle. Alex avait rattrapé son amie au milieu de la forêt, et dans un bond l’avait plaqué au sol ; l’odeur de sang était perceptible, mais rien de très grave. La réaction ne se fit pas attendre. La panthère des neiges fut repoussée avec force, et en se redressant, elle se prit un coup de patte dans la tête. Le coup n’était pas très fort, mais les griffes étaient légèrement sorties. Par chance, le sous-poil et le poil avaient fait office de bouclier et seules cinq petites griffures prirent place. Des gouttes vinrent tâcher le pelage blanc de l’animal. Un coup de museau contre le sien marqua la fin du jeu. C’était préférable. L’instinct animal était très présent, et ces jeux se transformaient parfois en véritable combat de titan. Les félins ne sont pas des chats mignons se battant pour le plaisir, les soirs de pleine lune, les deux amies s’abstenaient de se battre ainsi… Leur première fois avait bien failli dégénérée.

Cette transformation s’annonçait très courte. Le jaguar se releva, et partit en direction des vêtements. En quelques foulées, la panthère des neiges vint se placer à côté de son amie. Et dans cette démarche caractéristique des félins, ils partirent en quête de leurs habits, dissimulés avec soin par le journaliste. Alexandra fut la première à reprendre forme humaine, pendant que l’once prit place à côté tel un chien veillant sur son maître. Le souvenir de leur première rencontre, et de la nudité de la chanteuse, était encore très frais. D’ailleurs, s’il avait été sous forme humaine, Alexander aurait eu probablement cette expression pleine de lubricité que la jeune femme lui reprochait souvent. Seul le ronronnement de l’animal indiquait sa présence toute proche. Pendant qu’elle se rhabillait à l’abri de tous les regards, elle ne put s’empêcher de taquiner son ami. Celui-ci, avec toute la discrétion et l’agilité du félin en chasse, s’écarta de sa place de guet et se plaqua au sol prêt à bondir. En quelques secondes, la distance fut calculée et la force nécessaire appliquée. Dans un bond, l’animal sauta sur Alexandra retrouvant forme humaine au moment de l’impact… un petit tour apprit de sa mère. Le journaliste se retrouva donc nu comme un ver, les bras enserré autour de la chanteuse avec un sourire radieux et fier sur le visage.


_ « Qui se ramollit ma vieille ? Je deviens juste plus sage, ce n’est pas pareil. Et puis tu sais bien que je ne peux pas rivaliser avec ta vitesse, sur ce côté-là, ta forme animale fait des merveilles… mais à l’escalade ou saut, je te prends quand tu veux et où tu veux et on verra qui est la vieille. »

Son dernier mot était volontairement féminin, il était conscient qu’il la battrait sans problème dans ce genre de défi. Toujours couché sur son amie, Alexander la regardait en souriant de toutes ses dents ; sur la maîtrise de la transformation, il était le plus doué des deux. Elles étaient rapides, et il était capable de le faire dans une continuité de mouvement très fluide. Pour un observateur, la situation était cocasse. La nudité ne gênait plus Alexander depuis ses premières transformations, puis il n’avait rien à cacher. Pour le moment, il se contenta d’ébouriffer les cheveux de la jeune femme avec enthousiasme. Une fois son méfait accompli, Alex se releva et repartit de l’autre côté du buisson pour remettre ses vêtements à son tour. Il en était au pantalon, torse nu lorsqu’il reprit la parole. Le protecteur allait revenir à la charge.

_ « Ca t’apprendra à mettre en doute mes capacités vile créature. Et au passage, sois plus prudente quand tu te transformes en pleine rue, tu pourrais être vue d’une voiture. Evites de laisser tes vêtements, et sous-vêtements au milieu de la rue, si tu ne veux pas terminer nue avec tes habits aux ordures. »

Un large sourire s’affichait sur le visage du métamorphe. Il était heureux de ce petit moment, et il s’attendait d’ailleurs à une éventuelle représailles. Quoique. Souvent après une course, Alexandra se montrait étonnement calme et sereine… tandis que le journaliste se retrouvait exalté et débordant d’énergie. Un paradoxe ces deux métamorphes, toujours des comportements opposés quelque soit la situation. En tout cas, ce petit moment à s’ébattre dans la forêt avait été très agréable bien qu’un peu court… Puis la jeune femme avait gâché ce moment en se cachant. A cette pensée, Alex tira la langue pour lui-même. Légèrement essoufflé, le métamorphe reprenait doucement son souffle. Ces derniers temps, il n’avait plus l’occasion de se transformer aussi souvent et il le regrettait beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un petit verre

Revenir en haut Aller en bas
 

Un petit verre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
rewrite true blood ϟ  :: Le terrain de jeu :: Nouvelle-Orléans :: Le Whiskey Blue Bar-